Les dix meilleurs raisons de se laisser tenter par 1 logis à Domme

 

  1. Les petits déjeuners qui vous seront servis chaque matin de 8h30 à 10h00 selon la saison, dans le jardin d’hiver au coin du feu ou dans le jardin intérieur. Vous apprécierez les différents pains et croissants, un vrai jus d'orange, fruits de saison, les délicieuses confitures maison, yaourt, fromage, jambon du pays et oeuf.

  2. La lecture reposante d'un roman de la bibliothèque de la maison, l’hiver devant une cheminée où crépite une flambée, l’été à l’ombre des arbres du jardin.

  3. Le moment de détente dans le spa à débordement après une journée de visites.

  4. La contemplation d’un coucher de soleil sur la vallée et le château du Roy depuis la tonnelle du jardin

  5. Le loisir de flâner dans les ruelles fleuries de la bastide médiévale de Domme.

  6. Le plaisir de partir à pied dîner dans un des nombreux restaurants de la bastide de Domme.

  7. Les chemins de randonnée partant du village pour une promenade bucolique.

    Domme: chemin de randonnée

  8. Les plages naturelles de la rivière Dordogne invitant à une baignade rafraîchissante.

  9. La descente en canoë de la Dordogne offrant une vue époustouflante sur les villages et châteaux de Montfort à Beynac.

  10. La découverte du Périgord Noir, une région riche de nombreux sites préhistoriques: grotte de Lascaux, Fon de Gaume, historiques: Sarlat, Beynac, Castelnaud et naturels: La Roque-Gageac, La Roque Saint-Christophe. Nous vous conseillons de planifier votre visite de Lascaux IV: http://www.lascaux.fr/fr

Et aussi Henry Miller:

 

En 1939 Henry Miller écrit au début de son roman "Le colosse de Maroussi“ sur Domme et la Dordogne:

 

“Coup de génie, de ma part, cette idée d'explorer la région de Dordogne, avant de me plonger dans l’illumination millénaire du monde grec. Rien que le coup d'oeil sur la rivière noire et mystérieuse, du haut de la magnifique falaise debout à l'orée de Domme, suffit pour vous emplir d'un sentiment de gratitude impérissable... C'est la terre d'enchantement jalousement marquée par les poètes et qu’eux seuls ont le droit de revendiquer comme leur. Ce qui se rapproche le plus du paradis, en attendant la Grèce. Le paradis des Français, mettons: histoire de faire une concession. Un paradis de fait dont la réputation doit remonter à des milliers et des milliers d'années.  Rien ne m'empêchera de croire que, si l'homme de Cro-Magnon s'installa ici, c'est qu'il était extrémement intelligent et que le sens de la beauté était en lui très développé. Rien ne m'empêchera de croire qu'en lui le sens religieux avait atteint déjà un haut degré de développement et qu’il a fleuri en ces lieux, alors même que l'homme vivait comme une bête au fond des cavernes. Rien ne m'empêchera de croire que cette grande et pacifique région de France est destinée à demeurer éternellement un lieu sacré pour l'homme et que, lorsque la grande ville aura fini d'exterminer les poêtes, leurs successeurs trouveront ici refuge et berceau. Cette visite à la Dordogne fut pour moi,, je le répète, d'une importance capitale : il m'en reste un espoir pour l'avenir de l’espèce et même de notre planète. Il se peut qu'un jour la France cesse d'exister, mais le Périgord survivra, tout comme les rêves dont se nourrit l'âme humaine…”